11/12/2020 Paul

Franck, infirmier au SMUR et Bon Samaritain

Voici |e témoignage de Franck, Bon Samaritain, qui est intervenu dans le cadre d’un déclenchement le 24 octobre dernier lorsqu’il était en vacances en Loire-Atlantique.
« Je m’appelle Franck, j’ai 45 ans et je suis Bon Samaritain depuis plus d’un an. Je suis infirmier au SMUR, infirmier sapeur pompier volontaire et formateur de secourisme. Fin octobre nous étions en vacances chez des amis, en train de déjeuner vers 13h15, lorsque j’entends un son inhabituel sur mon smartphone. Je vois apparaître l’application Staying Alive, qui affiche une alerte d’arrêt cardiaque en Vendée, à 5,3 km de ma position. Ni une, ni deux, j’accepte l’intervention, je prends ma voiture et je suis le GPS de l’application.
Arrivé vers les lieux de l intervention, une dame attendait les secours à l’angle de la rue et me donne l’accès au pavillon. Je me présente le premier avant l’arrivée des secours. Je confirme l’arrêt cardiaque sur une fausse route (voies aériennes obstruées), j’essaie de désobstruer sans succès. Je commence la réanimation cardio-pulmonaire. Au bout de 3 à 4 minutes les pompiers se présentent, je décline mon identité et ma fonction d’infirmier et commence une collaboration avec l’équipage du VSAV. Ensuite arrive l‘équipe du SMUR composée d’un médecin et d’un infirmier. La réanimation se poursuit, le médecin se place à la tête de la victime. Il retire un gros morceau de viande ayant entrainé cet arrêt cardiaque avec son laryngoscope et une pince.
Après plusieurs minutes de réanimation, 3 chocs externes, la pose d’une sonde d’intubations et de 2 voies veineuses périphériques dont une posée par moi même du fait de ma profession et de l’injection d’adrénaline le patient récupère un rythme cardiaque.
La victime installée dans le VSAV, je me prépare à retourner à mon véhicule lorsque le chef d’agrès et le médecin du SMUR viennent me remercier pour mon aide.
Après l’avoir vécu et avoir pu vérifié le bon fonctionnement de Staying Alive, je vais continuer à en parler dans mes formations pour que les gens que je forme puissent s’inscrire afin de devenir « Bon Samaritain ». Comme je leur répète souvent Les Bons Samaritains sont les 1er maillons de la chaîne des secours.