02/11/2020 Paul

Témoignage : Thomas, 33 ans intervenu au Kremlin-Bicêtre le 30/09

Voici le témoignage de Thomas, 33 ans, actuellement sapeur-pompier et formateur au Commissariat à l’Energie Atomique qui est intervenu comme Bon Samaritain le 30 septembre dernier auprès d’une victime en arrêt cardiaque.

 

« J’étais chez ma compagne au Kremlin Bicêtre en train de regarder la télé, lorsque mon téléphone a produit une sonnerie que je ne connaissais pas. J’ai regardé l’écran et j’ai vu qu’une victime en arrêt cardiaque se trouvait à 400 mètres. L’application me demandait si j’étais disponible pour intervenir.

 

J’ai accepté et je suis parti avec mon téléphone en courant dans la rue. Au passage j’ai remarqué que l’interface était très bien faite, et que la carte indiquait ma position précisément en temps réel. Je passe devant la pharmacie et j’arrive devant un supermarché, là se trouve la victime au sol avec un attroupement.

 

Quelqu’un pratique déjà un massage. je me présente en tant que pompier et je reprends le massage. Un autre Bon Samaritain apporte un défibrillateur qu’il a pris à la pharmacie. Je déchire le t-shirt de l’homme allongé et je pose les patchs sur sa poitrine. Le défibrillateur lance sa procédure, qui impose d’arrêter le massage pour scanner l’état de la victime, et je choque. Ensuite je reprends un premier et un second cycle de massages pendant 4 minutes en attendant l’arrivée du VSAV des pompiers, qui finit par arriver. La victime a été emmenée à l’hôpital avec un pouls et une respiration.

 

Il est vrai que je suis aguerri aux gestes qui sauvent en tant que pompier, mais les conditions d’un déclenchement en tant que Bon Samaritain sont très différentes de l’intervention en équipe.

Je suis à présent tout à fait convaincu de l’efficacité du Bon Samaritain.

Maintenant j’en parle longuement à la fin de chacune de mes formations pour que les gens s’inscrivent, c’est réellement une solution qui fonctionne. On peut sauver des vies, on sauve des personnes qui s’écroulent dans la rue, avec des gestes simples et grâce à Staying Alive et au Bon Samaritain. »